Versions Compared

Key

  • This line was added.
  • This line was removed.
  • Formatting was changed.

Les ministres de la Défense de la 2ème République autrichienne -

Série :

Série

Manfried Rauchensteiner


Johann Franz Freihsler


Le milieu d’où venait Johann Freihsler (1917-1981) était tout différent de celui de son prédécesseur. Son père était aide serrurier à Kunewald, près de Neutitschein (Kunin, Okres Nový Jičín), d’où il déménagea à Vienne. Son fils, Johann, est né en 1917. Après la guerre, la famille vivait dans des conditions précaires. Johann recevait des bourses pour devenir instituteur. En 1932, il est entré à l’institut de formation pédagogique à Vienne où, en 1936, il a obtenu son bac avec distinction. Après, Freihsler décida de passer une année volontaire dans le militaire pour devenir officier. Il fut donc assigné au 3ème Régiment d’Infanterie en 1937 et, plus tard, à l’Académie militaire de Wiener Neustadt. En 1938, après le rattachement de l’Autriche à l’Allemagne, il quitta l’académie militaire comme Oberfähnrich. Puis, il fut employé comme instructeur et participa avec son régiment à la campagne de Pologne. Après, sa division fut déployée en Roumanie d’où elle fit partie de l’attaque contre l’Union soviétique. Au cours de cette attaque, la division conquit le passage à travers le fleuve Dnjepr et participa, début octobre, à la bataille menée près de la Mer d’Azov. Dans cette bataille, Freihsler fut blessé à sa jambe droite. Le 15 mai 1942, Freihsler fut, en tant que lieutenant, transféré dans la section directrice du Haut Commandement de la 11ème Armée et participa aux combats en Crimée et à l’occupation de Sébastopol en juillet 1942. Après, la 11ème Armée fut assignée à la Heeresgruppe (Groupe d’armées) « Nord » et renforça les forces assiégeantes de la ville de Léningrad. Après quatre mois déjà, la 11ème Armée fut de nouveau transférée dans le secteur sud du Front de l’Est où elle contribua à la reconstruction d’un nouveau front de défense suite à l’encerclement de la 6ème Armée à Stalingrad. Freihsler participa aussi à la « bataille d’été » (opération « Citadelle ») et à la retraite de son Groupe d’armées en Ukraine. Pendant ces opérations, il était toujours membre de la section directrice de la 11ème Armée ou des nouveaux Groupes d’armées. En mars 1944, en tant que capitaine, Freihsler fut déjà assigné à l’Académie de guerre située à Berlin pour entamer une formation d’officier breveté. Après la fin de la guerre, il réussit à rentrer à Vienne en faisant de longues marches à pied. Il trouva un emploi dans la section « 12 K » du ministère de l’Intérieur, section responsable du soin pour les prisonniers de guerre et les rapatriés. Au milieu de l’année 1955, Freihsler fut transféré au Bureau de Défense nationale où il participa à la mise sur pied des Forces armées autrichiennes. Le 1er janvier 1956, le capitaine Freihsler fut promu « commandant de service militaire supérieur ». De 1958 à 1961, en tant que directeur de la section « organisation » du ministère de la Défense, il joua un rôle majeur dans la reconstruction des Forces armées autrichiennes. Néanmoins, après l’entrée en vigueur des changements effectués par le ministre de la Défense, Karl Schleinzer, Freihsler dut quitter ce poste et fut nommé chef de l’état-major auprès de l’inspecteur général de l’Armée, Erwin Fussenegger, un général dont les compétences furent restreintes par ces changements. Freihsler occupa ce poste du 1er août 1961 au 19 janvier 1966. Durant cette période, il réussit à gagner la confiance du général Fussenegger. Parmi ses performances essentielles de cette période figurent la préparation des premières grandes manœuvres militaires en automne 1965 et l’organisation de plusieurs parades sur la Ringstrasse de Vienne. Il coordonna aussi l’opération de secours suite aux larges inondations en Carinthie l’été 1965. Le 1er janvier 1966, Freihsler fut promu général de brigade et chargé de la direction de la section « opérations » par le ministre de la Défense Georg Prader. Dans cette fonction, il organisa l’emploi des Forces armées autrichiennes pendant la crise de Tchécoslovaquie en 1968, crise provoquée par l’invasion des troupes du Pacte de Varsovie. Le 21 avril 1970, Freihsler fut, en tant que sympathisant du Parti socialiste autrichien (SPÖ), nommé ministre de la Défense dans le premier gouvernement du chancelier fédéral Bruno Kreisky. Il fut le premier ministre social-démocrate de la Défense de la 2ème République autrichienne. Pendant sa période ministérielle, les Forces armées furent réformées suite à la réduction du service militaire obligatoire de 9 à 6 mois. Néanmoins, le 3 février 1971, Freihsler quitta ses fonctions pour des raisons de santé et peu après il prit sa retraite dont il put, dans une certaine mesure, profiter encore une dizaine d’années.