Le BACnet comme exigence dans l’environnement militaire et comme chance pour une efficacité économique accrue ?

Rupert Fritzenwallner

 

Quand il est nécessaire de rénover ou d’élargir des systèmes d’automatisation d’immeubles, les systèmes propriétaires mènent souvent à des surcoûts considérables suite à un manque de concurrence, ou les potentiels d’économie ne peuvent qu’être partiellement exploités. Si votre entreprise dispose d’un grand nombre de stations d’automatisation, vous devriez aussi vous intéresser à BACnet. BACnet est un protocole interopérable dans le domaine de l’automatisation d’immeubles (AI). L’AI comprend l’ensemble des installations de surveillance, de commande, de règlement et d’optimisation dans des immeubles. Dans ce contexte, l’AI ne couvre pas seulement les domaines de chauffage, d’aération, de climatisation, sanitaire et électrique, mais aussi les sujets assignés au domaine de sécurité, comme par exemple la protection incendie ou le contrôle d’accès. Ainsi, il est déjà possible de tendre le fil rouge de BACnet à la gestion de sécurité et, par conséquent, au militaire par le biais de la définition terminologique. La division en trois parties qui est présentée dans le chapitre sur la sécurité (sécurité physique, sécurité réseau et sécurité d’application) documente l’importance de ce sujet pour l’utilisation militaire. C’est surtout le concept de la sécurité globale dont on peut déduire l’importance de BACnet pour le militaire. La sécurité globale dans le sens de Barry Buzan comprend non seulement une définition étroite de la sécurité étatique, elle a aussi une approche holistique. Les standards et l’interopérabilité constituent une opportunité pour réduire les dépendances d’un producteur, de mieux utiliser les développements technologiques, de diminuer les coûts du cycle de vie de l’automatisation d’immeubles et de réduire les risques de sécurité. Les experts de gestion d’immeubles supposent que 80 à 90% des coûts proviennent du cycle de vie de l’immeuble pendant sa phase d’utilisation. Dans ce contexte, un poste de dépense important est représenté par les coûts d’énergie, coûts qui figurent aussi au centre de l’automatisation d’immeubles. Par le biais de processus optimisés comme le Building Information Modeling (BIM), il est possible de développer de nouvelles possibilités pour améliorer l’efficacité dans le domaine de consommation d’énergie en combinaison avec l’automatisation d’immeubles. Plus on utilise des standards et des processus normés dans le domaine de l’AI, plus il sera facile d’exploiter en réalité les potentiels d’efficacité pendant la phase d’utilisation (échange de composantes, réduction de consommation d’énergie, amélioration du confort). Les avantages économiques de la concurrence ne peuvent être utilisés que si les exigences spécifiques de l’AI et du BACnet pour un immeuble sont suffisamment bien définies dans la planification du projet (adressages, fonctions AI, services, réseaux) et si la mise en œuvre de ceux-ci est contrôlée de façon compétente par le prestataire. Sinon la porte est ouverte aux abus. Seulement si l’automatisation d’immeubles est vue de façon complète et si les aspects de planification, de fonctionnalité, d’efficace économique, d’interopérabilité, de sécurité et de gestion correspondent aux exigences spécifiques des immeubles et de l’organisation, l’AI est capable de contribuer, avec BACnet, à l’efficacité des processus de cette organisation. Néanmoins, la clé centrale est de rendre les avantages de BACnet accessibles à un grand public et non pas, comme c’est le cas actuellement, de réduire de telles connaissances à un petit groupe de spécialistes.