Le stratège du 21e siècle

La renaissance de la doctrine stratégique basée sur des principes

Gunter Maier

 

Le stratège du 21e siècle sera bientôt confronté à des exigences clairement plus élevées que dans un passé récent. Complexité accrue, volatilité, mais aussi incertitude exigent une nouvelle définition des compétences stratégiques pour des cadres, nonobstant la discipline dans laquelle ils agissent. La doctrine stratégique basée sur des principes est un système de formation intégral du passé. Elle est la clé pour fournir le stratège futur d’une mentalité universelle, temporellement interconnectée et interdisciplinaire, mentalité située au-delà des conceptions modulaires de formation des dernières décennies. Il s’agit d’une doctrine de réflexion fondée sur les règlements du monde social - des principes stratégiques. Ces principes furent décrits par les personnages classiques les plus importants de la stratégie ainsi que par des auteurs renommés du genre des Miroirs de prince. Pendant un projet de recherche de trois ans, un curriculum unique a été reconstruit qui comprend quatre milieux culturels et 2 500 années d’histoire de stratégie : il s’agit du vocabulaire stratégique oublié. Compte tenu du fait que le système des principes stratégiques contient 153 modèles d’action décrits, il est cependant difficile de présenter toute l’ampleur de ce concept dans cet article. Il y a des principes (apparemment) triviaux et connus par tout le monde (comme par exemple les principes d’alliance et de séparation), mais il y a aussi d’autres principes très développés qui exigent une certaine acuité mentale pour comprendre les mécanismes sur lesquels ils sont fondés. De plus, ces principes sont, en réalité, presque toujours interconnectés. Le système des principes stratégiques ne va pas non plus favoriser des stratégies ou des principes dans le futur ; seulement le contexte situationnel est le facteur décisif pour le choix, comme l’a prouvé la dissolution de l’armée irakienne. Ainsi, il s’agit plutôt d’un système modulaire avec beaucoup de possibilités de combinaisons. Il devient aussi évident comment la doctrine stratégique peut être fondée sur des principes et comment on doit l’interpréter. Elle réduit la complexité par le fait que le stratège sépare le modèle d’action du contexte et comment il analyse la situation au niveau des principes. A ce niveau, il se sert d’un répertoire d’actions très large pour créer des solutions qui satisfont aussi aux règlements du monde social. On peut utiliser la doctrine stratégique basée sur des principes partout où se passent des interactions entre des individus. Des actions humaines, surtout des actions stratégiques, suivent des modèles répétitifs. La connaissance de ces modèles rend le stratège capable de comprendre intuitivement aussi des relations complexes et lui permet de faire des anticipations précises, et de prendre des décisions équilibrées. Comme conséquence, il va éviter de prendre de mauvaises décisions, et il va surtout réduire des conséquences involontaires ou des dits dommages collatéraux de ses actions.