L’université nationale de l’administration publique de Hongrie

Harald Pöcher

 

L’université nationale de l’administration publique (Nemzeti Közsolgálati Egytem) fut fondée à Budapest en 2012. Elle fut installée dans l’édifice historique au Ludovica ter, édifice qui déjà en 1808 fut prévu comme premier centre de formation pour la formation militaire supérieure. Avec la fondation de la nouvelle université, le gouvernement Orban poursuit consciemment une amélioration de la formation supérieure des employés publics par le biais d’une concentration des connaissances de l’ancienne université de Défense, de l’école supérieure pour officiers de police et de la faculté pour l’administration publique de l’université Corvinus. A cela s’ajouta en 2015 une faculté des études européennes et internationales. L’article présent jette un coup d’œil dans les coulisses de la nouvelle université et essaye d’identifier les avantages qu’elle offre aux étudiants pendant les études et les perspectives professionnelles qu’ils peuvent attendre après avoir fini les études. De plus, l’auteur compare la formation des fonctionnaires en Hongrie avec celle en Autriche et donne, sur base des résultats de cette comparaison, des conseils pour la formation des fonctionnaires en Autriche. Il y a de grandes différences entre la formation de base et la formation permanente des fonctionnaires. Tandis qu’en Hongrie, tous les futurs fonctionnaires peuvent faire des études dans une université (sous un « seul toit »), en Autriche leur formation est fragmentée et relativement confuse, même pour des habitués. Si on considère qu’une fragmentation de formation, en cas de contenus identiques, est toujours moins efficace qu’une formation centrale, on doit admettre que le système hongrois est d’une meilleure qualité que le système autrichien parce qu’en Hongrie les fonctionnaires qui ont fait des études universitaires ont un grade académique tandis qu’en Autriche ils obtiennent seulement un certificat d’une école supérieure spécialisée s’ils ont fait des études à une académie de formation professionnelle. Par ce propos, l’auteur ne veut pas déqualifier l’institution des écoles supérieures spécialisées, mais dans la pyramide des études académiques, les écoles supérieures spécialisées sont placées au-dessous des universités. Du point de vue de l’auteur, il est bien recommandé en Autriche de prendre le modèle de l’université hongroise comme exemple pour entreprendre des réflexions sur la formation de base et la formation permanente des fonctionnaires « sous un seul toit », c’est-à-dire à une nouvelle université. Les avantages d’une université autrichienne de l’administration publique sont évidents : par des effets de synergie, la formation des fonctionnaires serait moins chère, tous les groupes de fonctionnaires pourraient apprendre les uns des autres et cela raviverait aussi l’esprit du corps et en même temps, réduirait l’animosité entre ces groupes.