Les plans du secrétaire d’Etat Otto Rösch

Idées alternatives de 1961 et de 1963/64

Peter Corrieri

 

Malheureusement, il n’y a plus que quelques témoins qui ont vécu les premières années de l’Armée fédérale de la 2e République autrichienne et qui ont participé à sa création. Cet article présente un extrait du livre « Les plans du secrétaire d’Etat Otto Rösch - idées alternatives de 1961 et de 1963/64, livre qui va être publié fin 2017 dans la série de publications « HGM - Generalstab » (Musée militaire et Etat-major). On peut dire que le « nouveau schéma » était un concept complet, arrondi et réalisable, concept par lequel, selon des rumeurs, on voulait peut-être finalement arriver à une plus longue durée du service militaire obligatoire. Néanmoins, sa réalisation aurait exigé beaucoup plus de moyens qu’avant. Les leaders du parti politique socialiste, parti auquel Rösch appartenait, n’ont jamais décidé de mettre en œuvre le « nouveau schéma », ou, du moins, de lui donner le statut d’une directive interne. Le chancelier fédéral Bruno Kreisky (Parti Socialiste) a lui-même déclaré plus tard qu’on aurait entre-temps laissé tomber le concept socialiste parce qu’il serait immature, conventionnel, cher, et parce qu’il ne serait pas une révélation. Dans la phase finale de la campagne électorale début 1970, la défense militaire territoriale et surtout la réduction de la durée du service militaire obligatoire sont devenus des sujets déterminants parce que, par l’abaissement de l’âge électoral, les jeunes hommes qui n’avaient pas encore fait leur service militaire obligatoire sont aussi devenus intéressants. En février 1970, Kreisky a promis de s’engager pour une réduction immédiate du service militaire obligatoire à six mois, s’il gagnait les élections. Lors des élections générales le 01 03 1970, le Parti Socialiste a obtenu la majorité relative, et cela dans une bonne mesure à cause des voix des jeunes électeurs. Lors des négociations de coalition avec le Parti Populaire (ÖVP), négociations qui furent stoppées sans résultat le 18 04 1970, le Parti Socialiste a présenté un document sur la défense nationale, document qui correspondait en grande partie au deuxième « plan Rösch », plan révisé par Bruno Bittermann. Cependant, dans ce plan révisé, le service militaire obligatoire devait seulement durer 6 mois, et le volume d’entrainement militaire complémentaire fut réduit de trois fois quinze jours à deux fois quinze jours - peut-être pour ainsi avoir une position de négociation plus favorable. Finalement, le gouvernement minoritaire socialiste de Bruno Kreisky, gouvernement issu des élections électorales du 01 03 1970, a annoncé dans sa déclaration gouvernementale du 27 04 1970 la mise en place d’une commission chargée d’élaborer une réforme de L’Armée fédérale autrichienne avec le but de créer une nouvelle structure des Forces armées dans le cadre d’un service militaire obligatoire de 6 mois. Lors d’un débat sur la déclaration gouvernementale du 29 04 1970, le député à l’Assemblée nationale Walter Mondl a expliqué les idées des leaders du Parti Socialiste concernant la politique de défense. Ces idées étaient identiques avec le document élaboré à l’époque pour les négociations de coalition avec l’ÖVP (Parti Populaire). Elles étaient fondées sur le deuxième « plan Rösch ». Ainsi, la poursuite du destin du deuxième « plan Rösch » a trouvé sa fin. Dans la modification du Code de défense autrichien du 15 07 1971, modification adoptée par l’Assemblée nationale en ignorant largement le travail de la Commission de réforme de l’Armée fédérale et après des négociations difficiles et hectiques, se trouvent des éléments essentiels des propositions du secrétaire d’Etat Rösch, mais pas dans la version du « nouveau schéma » proposée par la Commission de la politique de défense. Avec l’adoption de la nouvelle version du Code de défense, le débat sur « la marche à vide dans l’Armée fédérale » se termina aussi. Du point de vue politique, ce terme n’était plus nécessaire.