« Ce qu’une guerre peut faire d’un homme ! »

Reportages sur la guerre des Boers par Arthur von Lüttwitz

Lukas Grawe

 

La deuxième guerre des Boers (1899-1902) n’était pas seulement importante pour la politique intérieure et extérieure, mais aussi pour le militaire. Le développement rapide de la technique d’armes ainsi que les possibilités croissantes des moyens de transport et de communication ont considérablement influencé la conduite de guerre des deux côtés. Par conséquent et selon des coutumes internationales, les forces armées britanniques ainsi que les combattants des Boers furent accompagnés par plusieurs officiers étrangers, officiers qui avaient comme tâche d’étudier ces nouveaux développements et d’observer l’évolution de la guerre. La pratique d’envoyer de tels « attachés de guerre » avait une longue tradition et remontait déjà jusqu’au 18ème siècle. Au cours de la guerre des Boers, un nombre total de 20 officiers participait à l’observation des opérations de combat. Les rapports de quelques-uns de ces attachés militaires spéciaux, par exemple des observateurs russes et français, ont déjà été publiés. Ils nous donnent un aperçu de la conduite de guerre des deux adversaires et ils décrivent des innovations techniques et tactiques. Par contre, les descriptions privées des expériences de guerre faites par Arthur von Lüttwitz (1865-1928), l’observateur allemand auprès de l’armée britannique, ont été négligées jusqu’à présent. Si on résume ces expériences, on peut constater qu’il y a de grands points communs dans les reportages des divers observateurs militaires, même si leurs estimations sont parfois différentes. Leurs jugements sont très similaires, particulièrement en ce qui concerne l’évaluation de la conduite de guerre britannique. Les rapports de Lüttwitz ajoutent maintenant une perspective allemande à la perspective russo-américano-autrichienne connue jusqu’à présent. Les descriptions de l’observateur allemand concernant l’état de santé de l’armée britannique en Afrique du Sud est d’une précision qu’on n’a pas trouvée dans les sources précédentes sur cette mission d’observation. Ainsi, l’observateur allemand s’est plus fortement concentré dans ses descriptions sur la vie quotidienne des officiers dans les camps britanniques. Ces descriptions montrent au lecteur intéressé d’aujourd’hui comment la collaboration militaire internationale a fonctionné au passage du 19ème au 20ème siècle, comment les missions internationales d’observation se déroulaient et quelles étaient les attentes des acteurs quand ils ont assumé leurs tâches.