La dernière bataille de la Guerre froide

Les opérations « Hooper » et « Packer » de 1987/88

Stefan Goertz

 

L’offensive du gouvernement marxiste angolais MPLA (Movimento Popular de Libertação de Angola - Partido do Trabalho) contre l’UNITA (União Nacional para a Independência Total de Angola) maoiste, opération qui devait mener à une décision militaire dans le sudest du pays en août 1987 pendant une longue guerre civile, s’est effondrée de façon sanglante à la fin de l’année. L’intervention sud-africaine sous forme de l’opération « Moulder » avait décimé les forces de l’armée gouvernementale (FAPLA) et les avait refoulées jusqu’à leurs positions initiales près du village de Cuito Cuanavale. Là, à partir de décembre 1987, il y eut un état de siège, et les partis guerriers se trouvèrent dans une situation d’impasse. L’article suivant décrit les événements de l’an 1988, les deux opérations « Hooper » et « Packer » menées par la South African Defence Force (SADF) jusqu’à sa retraite ainsi que les conséquences qui en résultèrent. Les deux opérations n’ont pas atteint les buts fixés. La SADF n’avait pas mis à disposition les ressources personnelles et matérielles nécessaires parce que les planificateurs pensaient que toutes les opérations à mener dans la région sud-est angolaise seraient finies jusqu’à la fin de janvier 1988. A cet égard, il manquait aux Sud-Africains non seulement l’intention, souvent imputée, et la volonté politique d’envahir l’Angola, mais aussi les moyens nécessaires. Néanmoins, la thèse que la SADF aurait été vaincue est plus qu’audacieuse. Un regard sur les pertes totales chez les adversaires dans ce conflit de six mois montre le bilan suivant: FAPLA et ses alliés : 4 785 morts ; 94 chars, 192 véhicules blindés et pièces d’artillerie en tout genre, neuf et douze MiG de différents types et neuf hélicoptères de combat détruits. Le nombre exact des véhicules détruits n’est pas connu, mais on peut déduire des rapports mentionnés plus haut et des 389 véhicules détruits lors des combats entre Lomba et Cuito Cuanavale que le nombre de véhicules qui furent détruits seulement par les tirs effectués sur la route entre Menongue et Cuanavale fut très élevé. SADF : 43 morts ; trois chars, onze véhicules blindés, deux « Mirages » et un avion de reconnaissance de type « Bosbok » détruits. Beaucoup de véhicules ont été endommagés, mais comme la SADF a largement dominé le champ de bataille, ces véhicules ont pu être dépannés et réparés. Les équipes de réparation ont travaillé par roulement 24 heures sur 24, et le manque de pièces de rechange a présenté un danger plus grand pour le succès de l’opération que les actions de l’ennemi. UNITA : pour le moment, on n’a pas de données confirmées quant à ses pertes. En ce qui concerne la performance militaire, la SADF était l’acteur dominant malgré son infériorité numérique et les conditions opérationnelles clairement moins favorables. La formation, la morale et l’organisation de la SADF ont cependant reflété les qualités d’une armée moderne occidentale, celles de l’Armée britannique, pour être précis. Et celle-ci a réussi son examen dans la dernière bataille de la Guerre froide, la bataille de Cuito Cuanavale.