Version: 2
restore

Eberhard Birk

 

Un officier autrichien écrit, entre autre, à propos de l’infanterie prussienne qui opérait selon les principes de la tactique linéaire pendant la phase décisive de la bataille de Mollwitz le 10 avril 1741 : « Je peux affirmer ne pas avoir vu quelque chose de plus beau de toute ma vie. Ils marchaient avec la plus grande contenance et tellement droit, comme s’ils étaient sur la place de parade. » Presqu’aucune autre citation contemporaine n’est aussi apte, dans le contexte de la description d’une bataille, à expliciter tant de détails sur la tension entre la théorie et la pratique de la tactique linéaire utilisée dans le cadre de la conduite de guerre terrestre absolue, entre l’aspect esthétique et le fait d’être complètement exposé au feu ennemi : des détails comme les principes de commandement des troupes, les ressources économiques et l’armement, l’ordre géométrique et sa dissolution, la discipline, le moral et l’assistance extraterrestre. Cela soulève aussi la question fondamentale avec quelle motivation les soldats se battaient, soldats dont les expériences vécues pendant les guerres, les campagnes et les batailles étaient marquées par des facteurs comme le stress, la peur, les blessures et la mort. Quand on considère les modèles analysés de raisonnement, de réception et d’interprétation, l’introduction et le maintien de la tactique linéaire s’est avérée comme un système complexe qui exige une analyse différenciée, système qui représente la démonstration d’une volonté de forme typique pour son époque. L’autopromotion de la Cour et de l’Armée, les couleurs et la renommée d’un régiment, la mise en scène d’une esthétique du champ de bataille et de la guerre ainsi que la vie à la Cour, la proximité aristocratique et militaire au monarque et l’image que le corps des officiers et l’aristocratie de la Cour faisaient d’eux-mêmes correspondaient à des mécanismes de fonctionnement similaires ou semblables : ils servaient tous - comme l’art - de stabilisateurs de la politique d’ordre pour une culture politique de l’absolutisme, culture qui comprenait plusieurs champs d’action. La forme symétrique axiale et le rayonnement représentatif de la Cour et du Militaire étaient les dominantes adéquates au système d’état absolutiste. La tactique linéaire était dans ce contexte la déduction militaro-fonctionnelle d’une typologie collective de la perception contextuelle et temporelle de soi-même et de son auto-confirmation au 17e et 18e siècle. La composition, le maintien et les formes d’évaluation de la tactique linéaire font d’elle un reflet des idées de l’ordre politique et social sur le terrain militaire.